Ode à la barbe à papa !

Ode à la barbe à papa ou plutôt à ce qui se cache derrière celle-ci… Le papa !

Toi, le papa, qui ne sait trop quelle place prendre auprès de ce petit noyau qui s’est formé entre bébé et maman dès le début de la grossesse.

Toi, le papa, qui observe le monde qui entoure l’enfant : les visites chez le médecin, la garderie, l’école et qui ne sent pas qu’il a sa place.

Toi, le papa, qui adore ses petits mousses mais qui ne sait pas toujours comment le leur démontrer.

Je te dis : Prends la place qui te revient et profite des moments précieux qui passeront si vite. Tes enfants ont besoin de toi et veulent t’avoir près d’eux, autant que maman.

Lorsque je te vois dans la piscine, au cours de natation, au spectacle de fin d’année ou à la réunion de début d’année scolaire, je me dis que tu es chanceux de t’offrir ce beau cadeau et qu’un jour, tes enfants te diront :  «Merci papa d’amour ! »

Saviez-vous qu’une récente étude montréalaise* démontrait que la présence du père dans l’éducation de l’enfant favoriserait davantage le développement du sentiment de confiance et d’assurance tout en imposant un plus grand respect des limites et des règles établies ? Alors chers papas, votre implication auprès de vos petits est primordiale ! Faites-vous plaisir et prenez la place qui vous revient, c’est toute la famille qui en bénéficiera !

* http://www.naitreetgrandir.net/fr/Nouvelles/Fiche.aspx?doc=20100420-role-pere

Publicités

Red hot chilli pepper !!

Il y a des jours, souvent ceux qui suivent une nuit écourtée, où j’ai l’impression d’avoir mordu à grandes dents dans un piment rouge classé à 1 000 000 d’unités sur l’échelle de Scoville (échelle universelle de mesure de force des piments) !! La fumée me sort par les oreilles et il me semble, tout à coup, avoir perdu la maîtrise de moi-même. Les enfants ne tiennent plus en place et je ressens pleinement ce charmant sentiment de perte de contrôle totale sur mon autorité parentale. Mais que se passe-t-il ma foi ?

À tête reposée, je constate que :

  • Mon niveau d’énergie est en perte de vitesse et que les derniers jours m’ont occasionnés plus de stress qu’à l’habitude.
  • Mes enfants vivent des changements dans leurs routines et sont, eux aussi, fatigués
  • Mes hormones ne parviennent pas à me suivre. Je devrais peut-être me calmer un peu !

Bref, c’est une mauvaise journée ! Mais, je ne me décourage pas et je me dis que nous sommes tous humains. Après tout, la vie serait bien ennuyante si nous ne mangions que des poivrons verts ! Non ?

La mer à boire !

On dit que l’être humain passe souvent à côté de chose bien simple et qu’il a parfois tendance à se compliquer la vie…

La conciliation travail-famille demande de jongler avec les différentes sphères du quotidien de manière à y établir un équilibre sain en fonction de nos besoins, de nos capacités et de nos valeurs. Exercice qui, vous en conviendrez, est loin d’être toujours évident! Et si l’eau venait à notre secours…

En fait, prendre le temps d’écouter son corps et de répondre à ses besoins peut jouer un rôle majeur dans la concrétisation de nos objectifs de vie. Après tout, comment est-ce possible d’être présent à 100% au travail, avec la famille ou dans la réalisation d’une activité à laquelle on tient ? Il nous faut avoir de l’énergie ! Saviez-vous que la majorité des gens de boivent pas suffisamment d’eau ? La déshydratation est une des sources premières de perte d’énergie. Il faut boire, boire et re boire !

Les enfants aussi ! Le manque d’eau entraîne une baisse de concentration et de productivité. De plus, il rend irritable ! Ha ! Voilà donc peut-être la solution miracle, si simple et gratuite à bien des maux : L’EAU !!! Euréka ! Je m’en vais de ce pas me verser un grand verre, sans oublier mes enfants !

LE PRESSE-CITRON

Il y a une théorie qui propose que la conciliation travail-famille soit possible à qui veut bien se disposer à faire en sorte d’adopter une attitude positive. Je partage entièrement cette notion qui signifie, après tout, qu’il est possible de parvenir à nos fins en faisant tout pour favoriser à la réussite de nos projets!

Une autre théorie affirme que le menu d’un grand restaurant n’est jamais davantage extravagant que ne le désire son chef et ce, malgré toute la créativité de sa brigade. On dit d’ailleurs la même chose d’une entreprise et de sa direction.

J’y vois un beau parallèle avec la vie de famille puisque les enfants ressentent bien les émotions vécues par leurs parents. Mais, dans le feu de l’action, il n’est pas tout évident d’agir selon la recette du grand livre et, de toute façon, qui a dit qu’il y avait un grand livre?

Je ne m’en cache pas, mes enfants connaissent très bien les limites de mon «presse-citron », les dépassent parfois et doivent vivre avec les conséquences de mon amertume! Avec l’expérience, je sais aujourd’hui que l’une de mes grandes qualités est certainement d’avouer ce côté de mon tempérament. La patience n’est pas ma plus grande qualité mais cela fait également en sorte que mes limites sont clairement établies et que mes enfants ont appris à ne pas les transgresser. Lorsque cette relation est alors ainsi acceptée des membres de la famille, la quotidienneté laisse davantage place au plaisir et à l’improvisation! En tant que parents, il devient donc plus intéressant de s’ouvrir aux nouvelles expériences et de tenter de réaliser des activités pour lesquelles nous n’osions pas encore faire participer les enfants.

Voilà pourquoi, à chaque jour, je me remémore mes forces et mes travers à améliorer. De cette façon, je m’assure que ma mini brigade disposera de la latitude dont elle a besoin pour se créer une enfance heureuse ! Je lève mon verre à votre limonade maison !

Les jeunes pousses

On dira ce que l’on voudra, lorsque nos petits ne font pas encore leurs nuits et que les jours sont occupés, il est bien difficile de profiter à fond du moment présent. Pourtant, tous les parents qui ont des enfants maintenant grands vous diront que le temps passe trop vite et qu’il vaut mieux ne pas le laisser filer.

Nos jeunes pousses sont mignonnes à croquer, il est donc préférable d’adopter l’attitude que je me plais à nommer : «l’attitude du sans regret ». La recette est bien simple. La voici:

Ingrédients

  • 1/2 tasse de «ça vient avec, je n’y peux rien! »
  • 2 tasses de «tu parles d’une chance de vivre ces beaux moments! »
  • 1 bonne dose d’amour
  • 1 pincée de toute aide offerte par les proches
  • 1 kilo de «je fais de mon mieux et je suis fière de moi! »

Dans un grand livre, notez tous les bons moments de vos journées, annotez des souvenirs à conserver, collez des photos, des dessins et tout autre artefact qui fera que l’appareil prendra la forme que vous souhaitez lui donner. Déposez dans votre moule  préféré et dégustez auprès des gens que vous aimez. Bon appétit !

L’allégorie de l’omelette

Pas besoin d’être un grand chef pour savoir qu’on ne fait pas d’omelette sans casser des œufs ! Transposons le concept à celui de la conciliation travail-famille…

Considérons que nous avons deux possibilités dans les décisions que nous sommes amenés à prendre à différents moments de la vie : tenter de conserver ses habitudes afin de demeurer dans sa zone de confort ou plonger, parfois vers l’inconnu total, afin de vivre de nouvelles expériences. Bien évidemment, tout n’est pas source de changement puisque la routine a ses bienfaits et qu’elle est nécessaire au maintient d’un équilibre de vie sain. De plus, entre ces deux extrêmes se situent une graduation des décisions que nous pourrions qualifier de «plus ou moins risquées ».

Ainsi prend forme l’allégorie de l’omelette. À bien y penser, notre vie est si bien définie par notre manière d’entrevoir l’omelette ! Êtes-vous du type craintif et conservateur ou plutôt un fervent de l’action et du changement ? Cela dépend de la situation, me direz-vous ! Entièrement d’accord !

Après mûre réflexion, je me connais suffisamment maintenant pour savoir que j’aime casser des œufs au risque et péril du résultat de l’omelette. Et, bien que je connaisse la recette de base et mes goûts en ce met, l’évolution du plat est changeant selon mon humeur et les ingrédients qui se trouvent sous ma main. En d’autres mots, j’aime une certaine routine mais le changement me plait tout autant.

La base de la conciliation travail-famille réussie se trouve assurément dans cette conscience que l’on a de notre capacité de s’adapter aux changements versus notre besoin de stabilité. Suivre sa recette préférée à ce niveau permet de vivre pleinement toutes les situations qui surviennent, tout en étant conscient que l’on ne peut pas toujours avoir le contrôle sur celles-ci. Bref, il n’est pas possible de savoir que l’œuf que nous nous apprêtons à casser contient deux jaunes mais qu’elle belle surprise ce sera de le découvrir !